Archives mensuelles : octobre 2016

Le quotidien à bord à quelques jours de l’Antarctique …

La journée d’hier a été fabuleuse. C’est autant pour le paysage que pour l’ambiance : on rit sans arrêt, il y a un vrai esprit de camaraderie sur cette R0. Certains se lancent même des défis improbables avec leurs nouveaux copains de traversée. C’est le cas de Didier.

 

Didier Noirot de tout son nom, c’est quand même des images sous-marines dans BBC planet, « Ocean » et j’en passe. Donc s’il vous plait, je vous en prie. Il fait la traversée avec Fred Olivier et sa femme Corinne pour un tournage Disney sur les manchots. Didier a suivi Jean-Baptiste (campagne d’été, biologiste marin) dont le passe-temps est d’accrocher ses appareils photos au bout d’un bout qu’il laisse filer le long de la coque pour filmer le paysage au ras de l’eau. Avec une GoPro c’est OK, mais Didier était bien décidé de le faire avec son lourd reflexe qui coute très (très très très) cher. Son matériel professionnel accroché à un bout déjà largement attaqué par le givre, un vieil élastique, et un petit morceau de scotch, le voilà tout sourire prêt à lancer son jouet par-dessus bord, précédé par J-B qui lui montre la voie d’un air assuré. On aurait dit deux gamins qui cherchent à faire la meilleure connerie. Corinne a détourné le regard, elle préfère « ne pas voir » et Fred ne croit toujours pas qu’il ait fait ça.

Finalement pas de casse et de belles images de notre épopée des glaces.

 

Le ciel était dégagé hier et on s’est frayé un chemin entre les plaques de glace une bonne partie de la soirée. Le lendemain matin c’est dans un nuage blanc et un croissant chaud à la main qu’on a accueilli ce dimanche 30 octobre 2016. Journée paisible, chacun vaque à ses occupations. Par exemple, J-B a découvert l’emplacement des hélices en visionnant les images de sa GoPro. Une belle surprise !

Pour ma part j’ai presque réussi à siffler comme un pinson. Ça fait une semaine qu’Éric (le chef) essaye de m’apprendre à siffler comme ça. Ce matin j’ai réussi sans le faire exprès. On a tous deux poussé un cri de joie largement démesuré au vu de l’évènement. Ne vous moquez pas, ce n’est pas facile du tout.

 

On termine d’écrire les dernières cartes postales aussi. Une lettre qui passe par la poste en Antarctique c’est collector et on a tous un (voire dix) philatéliste dans notre entourage. On se précipite sur cette tache car qui sait quand on arrivera à destination ? Demain ? Dans une semaine ?

 

D’ailleurs la tempête s’est abattue sur nous en début de matinée, depuis c’est vent et neige à volonté. Le ciel est blanc, la banquise l’est forcément, donc on ne distingue plus l’horizon. Mais on progresse bien sur notre tarte meringuée géante. Avec le vent c’est vraiment devenu impossible de sortir sans gants. Les doigts gèlent trop vite. Hier la température extérieure était de -9C pour une température ressentie de -27C.

 

Deux manchots empereurs sont venus nous rendre visite. Très curieux ces manchots, on ne saurait dire qui observe qui. Mais on se plait à croire qu’on leur donne matière à bavardages « tiens le revoilà celui-là – ils ont toujours pas appris à passer sous la glace ces idiots ?»

 

J’ai passé 3 heures à table aujourd’hui (sans inclure le petit déjeuner) ! Les repas se font de plus en plus longs. On a du mal à quitter le mess tant les histoires fusent et les rires éclatent pendant ces repas. Je n’ai pas faim la plupart du temps mais je ne manquerais ces instants pour rien au monde. Et puis dans le mess on entend le pack craquer et résonner à travers la coque. Je ne m’en lasse pas.

 

Je suis sortie prendre l’air avant de venir écrire. Du blanc à perte de vue. Pour la première fois j’ai ressenti comme un vertige. Je commence à penser au retour, et je me dis que je ne veux pas rentrer. Pas tout de suite. Et pas sans la promesse de revenir.

 

A bientôt!

 

Marion

Ils arrivent!:

image3

Photo de groupe: équipe au complet pour vous !!

Un beau cadeau que nous font les passagers de l’Astrolabe ce matin! Une photo de groupe à la proue du navire, et derrière vous voyez les premières glaces fines se formant à la surface de l’eau! Bonjour à tous!

Apparemment la traversée est fabuleuse. Marion nous raconte tout dans son prochain article!

Mais ou est Marion ?? Vous ne pouvez pas vous tromper, elle a mis pour nous un manteau jaune fluo et un bandeau noir, sur la droite derrière le cuisto Eric qui a un bonnet jaune…

MERCI!!

p1000039

premiers manchots premières glaces!!

Je vais essayer de faire envoyer quelques photos de groupes qu’on a prises ajdh en passerelle.

Tout le monde est surexcite; joyeux, vraiment cest une aura de joie a bord. La glace le froid et les premiers adelie!

On etait leves aux aurores ce matin, mais pas de pack! j’ai scrute pendant 2heures pour voir les premiers pancakes ou des morceaux de glace trainer mais epuisee par une nuit de roulis je suis retournee me coucher! finalement c’était la meilleure chose a faire, on a debute notre entree dans le pack sur les coups de midi.

J’étais a table au dejeuner avec Patrice Godon en face de moi et Fred qui tourne un film pour Disney a ma gauche, comme tous les jours depuis une semaine, on a pris des habitudes pour les repas. D’ailleurs Patrice et Fred ne mangent que les croutons de pain. Patrice va jusqu’a retirer la mie. Moi je m’en fous alors je mange sa mie et les deux se disputent les croutons. Sacha veuille a ce qu’aucune bagarre n’éclate en mettant tous les croutons sur notre table, midi et soir. C’est pour cela que eux reviennent s’avoir toujours a la meme table 😀 Le pack, fabuleux et indescriptible. Je ne sais pas ce que je prefere: le bruit du bateau qui se fraye un chemin dans la banquise ou m’imaginer qu’on nage dans une meringue geante (aux alures d’ile flottante des fois). L’ambiance est bonne enfant, on a un jeu de mots a bord avec des expressions et proverbes.

Le jeu de mots en question c’est pas trop pour les enfants – j’expliquerai seulement sur demande donc! tout le monde joue, Stan a promis des prix de recompense Les derniers malades sont sortis de leur bannette. Bientot le sac a vomi disparaitra de leur poche de pantalon. J’ai pour ma part termine mes deployements de XBT (les sondes temperature), avec un dernier lancer collector (video a l’appui) sur un morceau de glace. La sonde a cogne, puis rebondi avant de filer dans les profondeurs oceaniques Fin de la manip! On annonce une tempete pour cette nuit et demain.

J’imagine que les premiers vols d’helico se feront lundi? pour l’instant on s’enfonce tranquillement dans le pack en prenant garde que cette tempete ne nous y coince pas (=faut pas aller trainer n’importe ou dans le coin). Je ne suis pas censee debarquer a DDU. Je suis volontaire pour un programme océano, ma présence a terre n’a aucun interet. Mais tous a bord savent pourquoi je fais ca benevolement sur mes conges, c’est la deuxieme fois que j’essaye d’approcher la base. Patrice qui organise les transferts m’a redonnee espoir – mais je n’ose pas encore y croire. Hier a table il m’explique qu’il a passe sa journee a organiser les vols entre l’Astro et DDU. Il m’annonce alors que je passerai une journee a DDU!!!

depot le matin et retour le soir. Il ne peut pas prendre le risque de m’y faire passer la nuit, on se sait jamais si on ne peut pas me recuperer. Un hivernage, moi j’en reve! On vient tout juste de prendre la photo de groupe – j’essaye de la recuperer et de te la faire suivre rapidement. Le premier service du diner va bientot etre servi!! et demain c’est dimanche, le dimanche c’est PAIN AU CHOCOLAT ou CROISSANT!!!! comme je

l’ai ecrit precedemment, les repas c’est vital. Allez je retourne en passerelle! A demain! marion

Marion et le front polaire

Qui est a bord? vous connaissez le livre des freres Lepage “La Lune est blanche”? j’imagine que la reponse est oui. Et bien c’est simple, tous ceux qui y sont representes sont a bord (je parle seulement des “habitues”). Les gars du RAID sont la. Bon Jacky est la sans etre la, il a tenu 2 heures avant de s’enfermer dans sa cabine pour le reste de la traversee. On lui a fait nos aux revoirs lors du depart d’Hobart.

On sera a l’entree du pack dans 24 heures. Il devrait reapparaite a ce moment la. Il y a deux (ou sont-elles trois?) hivernantes que je n’ai pas revues non plus. Peut-etre je vais decouvrir des nouveaux passagers tres bientot! Patrice Godon, monsieur RAID est la aussi. Il forme son successeur, un autre Patrice, cette annee. Pour moi, c’est a la fois un honneur et grand plaisir de faire cette traversee avec eux.

Ils ne le diront pas, ne le pensent certainement pas d’ailleurs, mais ce sont des legendes et pionners de l’Antarctique.

J’allais poursuivre en ecrivant que la mer est d’huile depuis le depart mais la tout de suite je m’accroche au bureau pour ne pas m’envoler. Une mer exceptionnellement calme donc depuis 6 jours, la houle commence seulement a se former et on attend 4-5 m demain. Rien de spectaculaire pour autant, il faut attendre les 8-10m pour un peu de spectacle.

Je partage ma cabine avec Celine. Elle est militaire et sera la future capitaine du nouvel Astrolabe des l’annee prochaine. C’est sa premiere fois dans les glaces.

Stan le capitaine, grand Stan comme on l’appelle ici (pour le distinguer du l’autre capitaine de l’Astro, Stan egalement mais petit Stan!) va lui transmettre ses techniques de pilotage dans le pack. Une operation tres delicate. Celine dort, moi je veille. Je m’occupe de lancer (toutes les heures ou toutes les deux heures) les sondes de temperature au cours de la nuit (de 20h a 8h le matin).

J’en profite pour écrire les mails, completer ma culture cinematographique et farfouiller dans le frigo d’Eric, le chef a bord. Aujourd’hui on a fete l’anniversaire de “Biloute”, champagne et cacahuete en apero. Gateau facon tiramisu en dessert. Je cherche les restes. La nuit sera longue et fraiche, il me faut des forces (en fait pas du tout mais c’est la meilleure facon de me deculpabiliser de manger autant). Les repas a bord c’est ce qui rythme les journees. Deux services quand on est nombreux. Sacha nous apporte les assiettes au fur et a mesure: pas de self, l’Astrolabe est certes petit mais a son standing francais On mange bien, tres bien meme.

Enfin je parle pour ceux qui n’ont pas le mal de mer. Si bien que des cours de gym sur l’helideck sont organisees pour depenser toutes ces calories. Fabien, pilote helico, qui a plus le profil d’un moniteur de snowboard, nous donne les cours. Il est tres doue et ne cherche pas a me culpabiliser quand je prefere “juste regarder aujourd’hui”. Je pars dans tous les sens il y a tellement a dire! Je vais conclure sur un point oceano/meteo.

On a passe le front polaire (rencontre des masses d’eau subantarctique dites “chaudes” et antarctiques dites “froides”) la nuit derniere. Je peux l’affirmer puisque je fais les mesures de la temperature et je vois les resultats en instantané On est tres rapidement passe de 6°C a 4°C puis 2°C et enfin -0.7°C en temperature de surface! j’etais toute excitee de le voir en temps reel. Ca n’a rien d’exceptionnel pour une oceanographe, mais ca me fascine et m’emeut toujours autant.

La meme nuit j’ai vu une Aurora Australis. J’ai reveille Antoine, un futur hivernant, pour qu’il puisse l’observer. Il est sorti avec ses charentaises et a pu constater de lui-meme qu’on avait passe le front polaire: la temperature exterieure a chute drastiquement. Les charentaises ne suffisent plus. C’est la convergence des eaux qui creent une brume humide, parfois glacee.

Demain un iceberg se presentera au loin je l’espere, demain!

A bientot

Un mot de Marion, océanographe à bord!

Bonjour a tous,
J'ai trouve votre flyer a la passerelle. Je suis actuellement sur
l'Astrolabe pour sa premiere rotation R0. Je fais l'aller retour en tant
que volontaire scientifique pour lancer des sondes temperature pendant
toute la duree du trajet. Je prends la temperature de l'Ocean Austral!
Je fais cela car c'est l'une des rares portes d'entree vers l'Antarctique,
et que mon reve est d'y poser pied. Ca fait la deuxieme rotation en temps
que volontaire que je fais. J'espere que cette fois c'est la bonne: lors de
la premiere nous sommes restes pieges dans le pack ice trop loin de DDU. Je
n'ai pas vu la base. Cette fois-ci je croise les doigts!

Je m'appelle Marion Fourquez, j'ai 29 ans et je termine un post-doc de 4
ans a Hobart en Tasmanie. Je suis Oceanographe de formation et de passion.
En decembre je pars de Tasmanie direction Cape Town, port de depart pour la
grande Antarctic Circomnavigation Expedition auquelle je participe. C'est
mon annee glace cette annee !


On arrive dans le pack d'ici 30 heures environ, j'ai hate!

Bien a vous,
marion

Des nouvelles du capitaine !

22 Octobre en direct de Hobart

s1

“Nous venons tout juste d’appareiller. Le pilote du port de Hobart est monté à bord tout juste avant 18h00. Nous passons bientôt sous le pont Tasman Bridge, puis à nous le Grand Sud. Vivement la pleine mer, bientôt le vaste Océan Austral, le grand air, les vagues, l’horizon à perte de vue, la récompense d’une longue escale.

Nous avons passé toute cette dernière journée au quai de soutage, comme si on passait la journée dans une station-service : 400.000 litres répartis dans 14 réservoirs différents. C’est comme faire le plein de 10.000 voitures dans la même journée.

Les deux journées précédentes ont été dédiées à charger les divers matériels pour la base Antarctique de Dumont d’Urville, dont deux hélicoptères pour effectuer les recos une fois dans le navire dans le pack. Et une fois arrivés au plus près de la base, les hélicos achemineront les scientifiques et techniciens, les cargaisons prioritaires ainsi que les quelques fruits et légumes que les hivernants attendent tant !”

Stan

s2

s3

Il est en route!

4 jours après le départ, l’Astrolabe semble aller pleine voiles au vent! regardez bien la carte (à droite), il est presque à mi parcours entre Hobart à DDU… bientôt la surprise concernant la barrière de glace, ou en est-elle cette année?

On pense bien à l’équipage et à l’émotion de ces traversées…

Le capitaine pour l’occasion nous envoie une petit photo depuis les cuisines… l’ambiance à l’air au beau fixe : – ). Salut à, toi Eric, le Grand Chef !

14572323_161013271026960_8769494400598313250_n

DEPART !

Toutes nos pensées pour l’Astrolabe, qui a du prendre la mer hier pour la première rotation R0 de cette dernière année… avec chargement de ravitaillement, du courrier tant attendu et des nouveaux passagers, il va mettre fin à l’hivernage du groupe de la TA hivernant à DDU depuis huit mois… beau voyage l’Astrolabe!

On attend de vos nouvelles et on suit votre trajet sur la carte!

Premier message du capitaine!

Et voici pour vous le premier message envoyé par le capitaine Stanislas Zamora!

Départ de France, arrivée Tasmanie, retrouvailles avec l’Astrolabe… qui partira pour sa première rotation demain! Soyez prêts!

La parole à Stan:

“La porte d’entrée, l’escalier puis la voiture. Un ami me conduit à la gare. En route pour l’aéroport.

Assis côté fenêtre, je savoure cette dernière après midi en France, les paysages défilent à grande vitesse, la douce luminosité de cette journée ensoleillée d’automne, la beauté de la campagne bretonne verte et vallonnée. Nous arrivons en Beauce, la terre à perte de vue. Les teintes sont dorénavant marron paille, les champs de blé coupés de la fin de l’été. Les éoliennes. Années après années elles intègrent le paysage de nos campagnes, grandes fleurs aux pétales qui tournent avec le vent, qui annoncent le changement de nos sociétés vers une consommation énergétique plus soutenable.

Nous entrons en gare. Paris Charles de Gaulle. L’enregistrement des bagages, les derniers appels aux proches. L’avion, un très long vol débute : Dubaï, Sydney et enfin Hobart ! Je suis toujours tellement heureux d’arriver en Tasmanie, à l’autre bout de la terre ! Le sourire au visage, je rencontre le chauffeur du taxi qui m’emmène au bateau. Nous échangeons les dernières nouvelles : comment va la France, comment va la Tasmanie. Je lui commente que cela fait tellement d’années que je n’ai pas vu la Tasmanie aussi verte ! Entre l’aéroport et la ville, la campagne est généralement très brune, parfois même cramée par la sècheresse. Je me réjouit de cette couleur lumineuse. De l’eau pour les plantes, de l’eau pour les barrages hydroélectriques aussi.

Une grosse partie de la production électrique tasmanienne provient de ces barrages. Nous arrivons au cœur de la ville de Hobart, dans le quartier historique de Salamanca. L’Astrolabe ! Le taxi me dépose au pied de la coupée (la passerelle pour monter sur le bateau). Je suis heureux de retrouver les lieux, l’odeur du bateau. Voilà ! nous y sommes !”