Le quotidien à bord à quelques jours de l’Antarctique …

La journée d’hier a été fabuleuse. C’est autant pour le paysage que pour l’ambiance : on rit sans arrêt, il y a un vrai esprit de camaraderie sur cette R0. Certains se lancent même des défis improbables avec leurs nouveaux copains de traversée. C’est le cas de Didier.

 

Didier Noirot de tout son nom, c’est quand même des images sous-marines dans BBC planet, « Ocean » et j’en passe. Donc s’il vous plait, je vous en prie. Il fait la traversée avec Fred Olivier et sa femme Corinne pour un tournage Disney sur les manchots. Didier a suivi Jean-Baptiste (campagne d’été, biologiste marin) dont le passe-temps est d’accrocher ses appareils photos au bout d’un bout qu’il laisse filer le long de la coque pour filmer le paysage au ras de l’eau. Avec une GoPro c’est OK, mais Didier était bien décidé de le faire avec son lourd reflexe qui coute très (très très très) cher. Son matériel professionnel accroché à un bout déjà largement attaqué par le givre, un vieil élastique, et un petit morceau de scotch, le voilà tout sourire prêt à lancer son jouet par-dessus bord, précédé par J-B qui lui montre la voie d’un air assuré. On aurait dit deux gamins qui cherchent à faire la meilleure connerie. Corinne a détourné le regard, elle préfère « ne pas voir » et Fred ne croit toujours pas qu’il ait fait ça.

Finalement pas de casse et de belles images de notre épopée des glaces.

 

Le ciel était dégagé hier et on s’est frayé un chemin entre les plaques de glace une bonne partie de la soirée. Le lendemain matin c’est dans un nuage blanc et un croissant chaud à la main qu’on a accueilli ce dimanche 30 octobre 2016. Journée paisible, chacun vaque à ses occupations. Par exemple, J-B a découvert l’emplacement des hélices en visionnant les images de sa GoPro. Une belle surprise !

Pour ma part j’ai presque réussi à siffler comme un pinson. Ça fait une semaine qu’Éric (le chef) essaye de m’apprendre à siffler comme ça. Ce matin j’ai réussi sans le faire exprès. On a tous deux poussé un cri de joie largement démesuré au vu de l’évènement. Ne vous moquez pas, ce n’est pas facile du tout.

 

On termine d’écrire les dernières cartes postales aussi. Une lettre qui passe par la poste en Antarctique c’est collector et on a tous un (voire dix) philatéliste dans notre entourage. On se précipite sur cette tache car qui sait quand on arrivera à destination ? Demain ? Dans une semaine ?

 

D’ailleurs la tempête s’est abattue sur nous en début de matinée, depuis c’est vent et neige à volonté. Le ciel est blanc, la banquise l’est forcément, donc on ne distingue plus l’horizon. Mais on progresse bien sur notre tarte meringuée géante. Avec le vent c’est vraiment devenu impossible de sortir sans gants. Les doigts gèlent trop vite. Hier la température extérieure était de -9C pour une température ressentie de -27C.

 

Deux manchots empereurs sont venus nous rendre visite. Très curieux ces manchots, on ne saurait dire qui observe qui. Mais on se plait à croire qu’on leur donne matière à bavardages « tiens le revoilà celui-là – ils ont toujours pas appris à passer sous la glace ces idiots ?»

 

J’ai passé 3 heures à table aujourd’hui (sans inclure le petit déjeuner) ! Les repas se font de plus en plus longs. On a du mal à quitter le mess tant les histoires fusent et les rires éclatent pendant ces repas. Je n’ai pas faim la plupart du temps mais je ne manquerais ces instants pour rien au monde. Et puis dans le mess on entend le pack craquer et résonner à travers la coque. Je ne m’en lasse pas.

 

Je suis sortie prendre l’air avant de venir écrire. Du blanc à perte de vue. Pour la première fois j’ai ressenti comme un vertige. Je commence à penser au retour, et je me dis que je ne veux pas rentrer. Pas tout de suite. Et pas sans la promesse de revenir.

 

A bientôt!

 

Marion

Ils arrivent!:

image3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *