Arrivée du futur Astrolabe à Concarneau

« Parti de Gdynia en Pologne le 28 décembre dernier,  le convoi de la coque du futur L’Astrolabe  tractée  par le remorqueur EMS Pull  est arrivé à Concarneau ce matin après  2 escales forcées   par le mauvais temps à Kiel et Southampton. L’armement du futur L’Astrolabe  va être achevé pendant les prochains mois par le chantier Piriou pour une livraison en septembre prochain afin que le navire soit  aux antipodes pour assurer le ravitaillement de la station Dumont d’Urville en Terre Adélie au cours de l’été austral 2017-2018. »

Liens vers l’article: https://arctique-antarctique-hurtigruten.blogspot.fr/2017/01/arrivee-du-futur-lastrolabe-concarneau.html

à Concarneau

à Concarneau

La traversée dans les glaces en photos

Bonjour à tous, un grand merci au capitaine Stanislas Devorsine pour nous offrir de belles photos de la dernière traverse R2 : une navigation au milieu des tabulaires,  l’Astrolabe piégé plusieurs jours dans la glace de mer, au sein de paysages éblouissants. Le bateau a finalement réussi à atteindre les abords de la base de DDU en s’arrêtant au bord de la banquise ou toute l’équipe a pu débarquer et poser pour nous !

Bravo et merci à tous !

On vous souhaite le meilleur pour la nouvelle rotation !

 

 

Une année englacée!

La dernière saison de l’Astro lui donne décidément bien du fil à retordre! En effet cette année est vraiment particulièrement difficile en terme d’étendue glace. Alors que le navire a enfin réussir à revenir à Hobart après la rotation R2, il vient de repartir pour la troisième rotation R3, l’avant dernière de l’année, en direction de DDU. Cependant l’un des responsables des rotations à Hobart interroger sur les conditions encore ce mois rencontrées aux abords du continent nous confiait :

« Cette année les conditions de glace sont exceptionnelles. A la R2, le navire ne s’est approché qu’à 75 km de DDU. Les conditions ne promettent pas de s’améliorer d’ici la fin de saison, le nouveau navire l’année prochaine devra donc être aussi efficace car il y a de grandes chances qu’il rencontre les mêmes conditions lors de ses premiers voyages ».

Et notre Astrolabe comment vit – il aujourd’hui ces navigations englacées ? « Il se comporte toujours on ne peut mieux, ce qui est très rassurant. »

En résumé, les conditions sont rudes, mais l’Astrolabe tient bon et continue fidèlement ses missions !